Le blog de Christine Ontivero

  • Accueil
    Accueil C'est ici que vous pouvez trouver tous les articles posté sur le site.
  • Archives
    Archives Contient une liste d'articles du blog qui ont été créés précédemment.

Faut pas confondre !

Ci-dessous échange d'e.mails avec un journaliste - enfin tout autant qu'on puisse considérer qu'il l'est vraiment, sinon il n'écrirait pas des choses pareilles -  qui n'a pas vraiment compris le rôle d'un ou d'une attaché(e) de presse. Bien entendu, comme toujours, je ne donne ni les noms, ni les magazines concernés, ni, dans ce cas précis, le nom du domaine pour lequel je le sollicitais car mon propos n'est pas de diffamer mais juste de témoigner des réactions on ne peut plus surprenantes que je peux constater dans mon métier au quotidien.

Le rôle d'un ou d'une attaché(e) de presse est avant tout d'informer utilement les journalistes et de faire en sorte que nos clients soient satisfaits. Nous ne sommes pas payé(e)s pour inviter des journalistes qui ne sont pas concernés par le sujet sur lequel on communique au prétexte qu'ils sont pigistes et qu'il faut les aider. De la même façon, ceux qui n'ont plus momentanément ou définitivement de tribune doivent comprendre qu'on ne peut pas les inviter juste pour qu'ils ne tombent pas dans l'oubli. Toute personne sensée sait que nos clients ne font pas appel à nous pour "faire plaisir aux journalistes" mais pour avoir des résultats. Or, si sur 20 journalistes invités, 10 n'ont aucune possibilité de faire tôt ou tard un retour,
je ne suis pas certaine que nos clients seront convaincus de l'utilité des relations presse. Notre mission n'est pas de faire "du remplissage", mais d'être le plus efficaces possibles. Cela dit, on peut toujours "jeter de la poudre aux yeux" puisque bon nombre de personnes confondent qualité et quantité. En effet, on juge souvent la qualité d'une manifestation par la quantité. "Y'avait du monde !" Mais... Cela ne dure qu'un temps. Personnellement je préfère n'inviter que 4 à 5 journalistes dont je sais qu'ils auront la possibilité de traiter le sujet pour lequel je les contacte que 10 juste pour donne l'illusion que je suis capable de "ramener du monde".

Voici donc ce que me répondais un pigiste que je cherchais à joindre car j'avais enfin un client qui correspondait à son secteur d'activité.

"Chère madame
Je suis toujours surpris de voir une attachée de presse avec autant de professionnalisme que vous, vous manifester aujourd'hui, alors que je collabore depuis 11 ans à XX. Les pigistes ont besoin des attachées de presse à leurs débuts, pour se rassurer et découvrir ce monde complexe.  Onze plus tard, en ce qui me concerne, je pense pouvoir me débrouiller seul, la preuve, je n'ai attendu personne l'an passé pour mettre en valeur  le Domaine XX

Ma réponse :

"Je pense faire partie de celles qui aident les pigistes quoi que le rôle d’une attachée
de presse ne soit pas d’aider les pigistes mais d’être le plus efficace possible par rapport
au mandat que leur confient leurs clients. Mais, voyez-vous, jusqu’à présent,
il me semble que les régions que vous couvrez pour XX ne concernaient pas
“mon territoire”. Mais... L’erreur est toujours possible.

A propos de l’aide que je peux apporter aux pigistes, vos confrères XX ou XX pourront vous dire que je sais être là quand il faut.

Combien de fois, lorsque j’ai voulu inviter des journalistes pour des régions qu’ils ne couvrent
pas, ai-je essuyé un refus ? Combien de fois m’ont-ils répondu cela ne sert à rien je ne pourrai
rien faire ? Ceux-là ont au moins compris leur rôle !

Vous concernant, à plusieurs reprises, je vous ai envoyé des invitations pour des dégustations
que j’organise à Paris portant sur des domaines dans toute la France. Vous ne m’avez
jamais répondu. Je peux vous l’assurer. Donc, j’ai fini par penser que mon travail  ne vous intéressait pas
et dans la mesure où ne me sembliez pas explorer “mes” régions, je n’ai insisté davantage.

Fin 2009, je concrétise avec un domaine dans XX, donc, suivant la logique de mon métier, je m’adresse à celui qui couvre cette région.
Vous avez là l’explication. J’espère donc que nous aurons l’opportunité de nous rencontrer.
Maintenant, si vous ne le souhaitez pas, dites le moi et je vous importunerai plus."

Cordialement

Commentaires

  • Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter

Commenter cet article

Invité mardi, 15 octobre 2019



Calendrier

Loading ...

Archives

Articles