Le blog de Christine Ontivero

  • Accueil
    Accueil C'est ici que vous pouvez trouver tous les articles posté sur le site.
  • Archives
    Archives Contient une liste d'articles du blog qui ont été créés précédemment.

ON SE LES GELE !

On nous parle de réchauffement climatique, on n'a de cesse de nous expliquer qu'il faut agir autrement, consommer autrement... Mais... Qui le fait ?

Je suppose que, comme moi, il vous arrive tous les jours de rentrer dans des magasins sur-climatisés, surtout quand cela ne s'impose pas. Les parisiens ne me contradiront pas si j'avance qu'il n'y avait aucune raison de climatiser magasins et hôtels en mai et juin. Et pourtant... Combien de fois ai-je été obligée de mettre une écharpe autour du cou pour faire face à ce froid glacial qui vous saisit, à peine le pas de porte franchi ?

Récemment, au volant de ma voiture sur la pénétrante nord de Perpignan - cette voie rapide qui permet de rentrer dans la ville - arrêtée, comme à l'accoutumée, par des bouchons, j'ai pu constater que pas une seule voiture n'avait ses vitres ouvertes. Pourtant, il faisait chaud mais rien d'insupportable, et le petit vent du nord bienfaiteur rempllissait son rôle de ventaliteur si l'on avait le bon sens de baisser sa vitre.

Mais... on nous a vendu des véhicules avec la clim, donc, il faut s'en servir.

On a créé les téléphones portables, donc il faut s'en servir au risque de déranger ses voisins de table ou de train.

On a installé la clim dans les magasins, donc, il faut l'allumer, peu importe la température extérieure.
Aussi stupide que ce que j'ai pu constater à plusieurs reprises dans le jardin public se trouvant en face de ma maison. Tous les matins, en été, l'arrosage automatique se met en place. Combien de fois ce système tournait à plein régime alors qu'il y avait eu un bel orage toute la nuit !

Tout aussi stupide et irréfléchie l'attitude de cette responsable d'hôtel à laquelle je faisais remarquer que ma chambre était surchauffée et que tant de dépense d'énergie était purement et simplement du gaspillage. La réponse de la dame ne va pas étonner ceux qui, comme moi, déplorent les automatismes : "si vous trouvez qu'il fait trop chaud, vous pouvez ouvrir les fenêtres !" Ah oui, j'avais oublié qu'on chauffe pour mieux refroidir après. Tellement logique ! Ne serait-il pas plus judicieux de proposer à ceux qui veulent du chauffage dans leur chambre de l'allumer en arrivant plutôt que de suggérer à ceux qui n'en veulent pas d'ouvrir les fenêtres alors que le chauffage a tourné à plein régime toute la journée ?

Commentaires

  • Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter

Commenter cet article

Invité lundi, 27 mai 2019



Calendrier

Loading ...

Archives

Articles