Le blog de Christine Ontivero

  • Accueil
    Accueil C'est ici que vous pouvez trouver tous les articles posté sur le site.
  • Archives
    Archives Contient une liste d'articles du blog qui ont été créés précédemment.

Ton sourire nous illuminera toujours

Dimanche 9 mai, j’arrive devant la statue de la Renaissance à Dakar pour voir ce monstre de près. Au même moment, un sms sur mon portable : triste nouvelle Anne Hudson est morte la nuite dernière. Dominique Nolin.

Anne était gaie, généreuse, pleine de vie et pourtant…

Un jour, son mari, la quarantaine, quitte notre monde, assis sur sa chaise, sans que rien n’ait pu prévenir cette mort prématurée. Quelques années plus tard, Sophie, sa fille, est l’une des victimes de l’attentat de Lockerbie. C’était le 21 décembre 1988.

Anne ne voulait pas que l’on s’apitoie. Elle aimait la vie. Elle riait. Elle donnait. Elle surprenait.
Je me souviendrais toujours de cet appel téléphonique, le 24 décembre 1994, alors que le père Noël faisait sa visite à mon fils Victor, la voix radieuse d’Anne m’annonçait que je pouvais l’entendre sur France Info parler de « mes » Banyuls.  J’étais heureuse de cet appel mais je n’avais pas pu partager ma joie trop longtemps avec elle, le père Noël était pressé. C’était Anne, imprévisible, chaleureuse, lumineuse.

21 décembre, 24 décembre… Noël n’avait plus aucun sens pour elle. A l'époque j'ignorais que Sophie était dans ce putain d'avion un 21 décembre !

En août 2009, elle m’avait reçue dans sa maison près de Cahors. Une maison qui lui ressemble tellement avec une vraie roulotte dans le jardin où elle passait certaines de ses nuits d’été, comme ça, pour le plaisir de rêver un peu, la couleur rose présente partout jusqu’aux moindres ustensiles de cuisine, une belle cave, remplie de bonnes choses, une maison gaie, toujours ouverte aux amis de passage… J’avais le privilège de compter parmi ceux-là.

Lorsque j’avais parlé avec elle de son cancer, pour la première fois j’avais senti dans sa voix une sorte de ras-le-bol. « Je pensais que la vie m’aurait épargné une nouvelle épreuve ! »

Elle est partie, vite, trop vite. Sûrement plus envie de lutter.

On naît pour mourir un jour et on est toujours triste d’apprendre la fin d’un être proche.

Pour Anne, je n’arrive pas à être triste même si je suis bouleversée. Lorsque je regarde des photos d’Anne avec son regard d’un bleu limpide, ce sourire unique, je me dis qu’elle est toujours là et qu’elle sera toujours là.

Commentaires

  • Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter

Commenter cet article

Invité vendredi, 05 juin 2020



Calendrier

Loading ...

Archives

Articles