Le blog de Christine Ontivero

  • Accueil
    Accueil C'est ici que vous pouvez trouver tous les articles posté sur le site.
  • Archives
    Archives Contient une liste d'articles du blog qui ont été créés précédemment.

UN JOUR ON NE SERA PLUS ASSEZ NOMBREUX

Pas un mois sans qu'on ne nous annonce un nouveau plan social.

Le nombre de chômeurs s'accroît de jour en jour et donc, suivant le principe des vases communicants, celui des actifs qui peuvent payer pour ceux qui n'ont plus d'emploi, diminue.

A ce rythme là, il va bien arriver un jour où on ne sera plus assez nombreux pour aider ceux qui en ont besoin !

Que va-t-il se passer ce jour là ?

Mais il y a, aussi, ceux qui ne veulent pas travailler parce que c'est trop fatigant.
Mohammed, le fils aîné de ma "vaillante" Malika (on ne peut pas dire, telle mère, tel fils) vient de goûter aux délices du RSA. Du fric qui te tombe dans les poches sans avoir à lever le petit doigt. Génial non ?

Quand je demande à Mohammed où il en est de ses recherches de travail, il me répond  qu'il envoie des CV. Air connu. Et quand je lui fais remarquer que ce sont bientôt les vendanges (tant de vignerons manquent de main d'oeuvre !) il me répond : "c'est trop fatiguant !". Alors, je n'ai pas manqué d'expliquer à ce charmant jeune homme que c'est parce qu'il y en encore des couillonnes comme moi pour bosser dur et payer de plus en plus de cotisations que cette génération peut s'autoriser à répondre "c'est trop dur !".

Ne sommes nous tous pas collectivement responsables de cela ?
Un ministre de l'ancien gouvernement proposait que les gens touchant le RSA rendent des services d'intérêt public. Il n'a rien inventé. Nous sommes nombreux à y penser depuis des années et ce, quelles que soient nos opinions politiques ! Alors, qu'attend le nouveau gouverment pour avoir le courage de mettre cela en pratique ? Car, certes, il y a ceux qui n'ont plus de travail parce que leur patron décide de s'implanter dans les pays où la main d'oeuvre est moins chère, mais il y a tous ceux qui trouvent bien plus confortable de toucher des aides de l'Etat, donc de nous, et de passer leur temps à tweeter, facebooker, etc...Bref à glander !

Et faire des travaux d'intérêt public, même si on est "victime" d'un système rouleau compresseur qui vous jette comme une vieille chaussette quand il n'a plus besoin de vous, n'est pas déshonorant. Il y a plein de personnes âgées, de personnes en difficultés qui apprécieraient l'aide ou la compagnie de ceux qui sont encore alertes et qui se retrouvent au chômage. Cela créerait du lien. Cela donnerait un sens à notre société qui en est de plus en plus dépourvu. Quand on pense qu'en été 2003 15 000 personnes sont mortes dans l'indifférence générale, si les bénéficiaires du RSA avaient eu pour mission de s'occuper de personnes seules, un à deux jour par semaine, on aurait sûrement sauvé bien des vies !

De la même façon, chaque citoyen devrait s'acquitter d'un impôt, aussi minime soit-il, pour qu'il est réellement conscience de son appartenance à l'Etat français. Car, c'est bien connu, on ne respecte pas de la même façon ce qui est gratuit. Ne serait-ce que 10 euros/an, c'est un geste symoblique qui changerait, comme bien d'autres, les relations entre nous !

Commentaires

  • Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter

Commenter cet article

Invité mercredi, 21 août 2019



Calendrier

Loading ...

Archives

Articles